Le doppler Foetal, tout ce qu’il faut savoir sur cet examen de grossesse

Outre les échographies de contrôle que vous effectuez régulièrement chez le gynécologue, votre médecin peut également réaliser un doppler fœtal à différents stades de votre grossesse.

Mais savez-vous ce qu’est un doppler fœtal ? On vous dit tout sur cet examen et bien plus encore…

C’est quoi un doppler fœtal ?

Le doppler est une technique d’imagerie médicale utilisant les ultrasons. Il se déroule comme une échographie classique : une sonde enduite de gelée est placée sur le ventre de la maman.
Mais ce qui différencie un doppler d’une échographie c’est que cet examen ne livre pas des images mais des sons. On pourrait comparer son fonctionnement à celui d’un radar ou d’un sonar. La sonde émet des ondes sonores qui vont se répercuter sur le cœur ou sur une artère du bébé. Cette surface en mouvement va faire varier la fréquence des ondes envoyées qui sera ensuite retranscrite sous forme de graphique.

Le doppler fœtal est ainsi utilisé pour mesurer le flux sanguin aussi bien dans les artères du bébé que dans celles de la maman. Aujourd’hui, cet examen offre des résultats très précis grâce notamment à la mise en couleur du flux sanguin.

Il n’existe pas un mais bien plusieurs types de doppler fœtal. Selon l’indication médicale, votre gynécologue pourra réaliser :

  • un doppler ombilical : cet examen de grossesse permet de mesurer le débit sanguin dans l’une ou les deux artères ombilicales. Il donne des informations précieuse sur la qualité des échanges entre le foetus et sa mère via le placenta. Avec les mesures prises par l’échographie, le médecin peut ainsi suivre avec précision la croissance du bébé. Il est donc généralement réalisé en cas de retard de croissance in-utero ou chez les femmes enceintes à risque. Il permet également de surveiller le bien-être fœtal en cas de grossesse monochoriale.
  • un doppler utérin : qui permet de contrôler le débit sanguin dans les artères utérines. En cas d'antécédent d’hypertension obstétricale, de risque de décollement placentaire ou de retard de croissance fœtal, cet examen est souvent pratiqué en même temps que la seconde échographie. Il est indiqué dans la détection d’une souffrance fœtale, d’un retard de croissance intra-utero permettant également d’en déterminer les causes afin d’éviter les complications vasculaires de la maman.
  • un doppler cérébral : pour mesurer le débit sanguin dans les artères cérébrales du fœtus. Il permet d’évaluer la détresse fœtale, notamment en cas d’hypoxie (manque d’oxygène). Il est réalisé en cas d’antécédent de grossesse pathologique, d’hypertension maternelle ou si le doppler ombilical et/ou fœtal a montré une anomalie. Il viendra alors confirmer et affiner ces premiers résultats, et apporter un pronostic sur le retard de croissance in-utero.

Bien entendu, si votre médecin vous prescrit un doppler fœtal ce n’est pas nécessairement qu’il y a un problème avec votre bébé. Certains médecins le réalisent systématiquement et d’autres non.

N’y voyez rien d’alarmant, juste une précaution ou un examen nécessaire pour poser un diagnostic.

Réaliser un doppler fœtal chez soi, c’est possible !

Depuis quelques années, on peut acheter un doppler fœtal aussi appelé moniteur fœtal. Bien entendu, il n’y a rien avoir avec les machines utilisées par les médecins et gynécologues.

Il s’agit en réalité d’un petit appareil qui permet d’écouter les battements du cœur de bébé sans attendre la rendez-vous chez le médecin.

Certains sont équipés d’un écran qui permet de lire la fréquence cardiaque du bébé en direct. Ils sont faciles à utiliser et ne nécessitent aucune formation médicale préalable. Un doppler fœtal de poche permet d’entendre les battements du cœur de bébé dès la 10ème semaine de grossesse.

Mais attention, il se peut que vous n’arriviez pas à entendre le cœur de bébé à tous les coups. Cela ne veut pas dire que quelque chose ne va pas, c’est tout simplement que bébé n’est pas dans la bonne position. En dehors de cela, un doppler fœtal ne présente aucun danger.

Le doppler fœtal, un examen de grossesse pas toujours automatique :

Comme nous avons pu le voir, le doppler fœtal réalisé par un médecin permet du surveiller de manière plus approfondie que l’échographie le développement du bébé et sa vitalité en vérifiant la bonne irrigation de ses organes.

C’est à la fois un outil de diagnostic pour éventuellement détecter un problème, un outil d’étiologie pour déterminer la cause de ce problème et un outil de surveillance et de pronostic quant à la croissance du fœtus.

Le doppler fœtal n’est pas utilisé systématiquement dans le suivi de grossesse mais généralement lorsque la grossesse est dite "à risques" ou face à certains signes de complication chez la maman ou le bébé. Il est souvent prescrit chez les femmes enceintes qui souffrent :

  • d'un diabète gestationnel
  • d'une hypertension ou pré-éclampsie
  • d'une souffrance fœtale, une anémie fœtale
  • d'un retard de croissance in utéro : pour le détecter en urgence, suivre son évolution s’il est déjà connu et ou rechercher ses causes
  • d'une anomalie du liquide amniotique
  • d'une malformation fœtale
  • d'une grossesse monochoriale (grossesse gémellaire avec placenta unique)
  • d'une maladie maternelle préexistante (hypertension, lupus, néphropathie)
  • des antécédents de pathologies vasculaires obstétricales antécédents de mort in utero

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré